Fente

La fente du désir laisse entrer un trait de lumière qui figure et transfigure. Un regard que l'on porte au loin ou qui se heurte au mur de sa tête. L'espérance d'autre chose. Une fenêtre vers. Un rideau qui s'écarte. Une porte, un couloir, un chemin, une perspective. Un tronc qui s'enlace. L'espérance de traverser le mur. L'espérance d'une forêt radieuse. Mais tout ça toujours brouillé et barbouillé parce que l'impossible. L'impossible de voir et se voir. Reste l'angoisse et l'extase, l'entr'ouverture, la fissure.